jeudi 14 octobre 2021

David Nakache : S'opposer à Zemmour, un devoir citoyen

 Le président de notre association, David Nakache, a publié un article intitulé "S'opposer à Zemmour, un devoir citoyen" consultable en ligne en cliquant "ici".

La presse s'en fait l'écho :

Nice Premium : David Nakache : "s’opposer à Zemmour, un devoir citoyen


Nice Matin, 14.10.2021 :


Cnews Côte d'Azur, 15.10.2021 :



lundi 4 octobre 2021

Côte d’Azur Habitat : la répression qui cache la pénurie

 

Communiqué de presse

 

Côte d’Azur Habitat : la répression qui cache la pénurie

 

 

Le bailleur social Côte d’Azur Habitat lance un plan d’expulsions massives de locataires qui fait école, plusieurs bailleurs sociaux souhaitant dupliquer sa démarche dans différentes villes de France.

 

Selon les déclarations de son président et 1er adjoint à la Ville de Nice, Anthony Borré, 72 expulsions seraient en préparation, en plus de celle déjà en cours dans le quartier de Saint-Charles à Nice. En effet, une mère est en cours d’expulsion du fait d’agissements de son fils majeur, sanctionné pénalement. La décision de justice du 13 juillet 2021 résiliant le bail et ordonnant cette expulsion fait référence à des « nuisances sonores et dégradations graves causées par son fils ».

 

Le procédé ? Le bailleur social a, aux côtés de la ville de Nice, signé une convention avec le préfet et le procureur de la République afin d’avoir accès aux poursuites en cours et aux condamnations pénales de ses locataires. Dans un second temps, il a voté un nouveau règlement intérieur permettant l’expulsion de l’ensemble des occupants d’un logement si l’un d’entre eux commet des dégradations ou est condamné par la justice « pour toute infraction ».

Est ensuite instauré un « Conseil des droits et des devoirs » où sont convoquées les familles en présence de la police. Le bailleur social, Côte dAzur Habitat a, dans le même temps, déroulé un plan de communication savamment orchestré autour de cette première expulsion se concluant par la publication opportune d’un sondage, réalisé en moins de trois jours, sollicitant l’approbation de l’opinion publique.

 

M. Borré se justifie dans les médias en martelant son mot d’ordre « Pas de logement social pour les ennemis de la République ». Il ajoute que « l’urgence sociale ne suffit pas pour prioriser les dossiers. Je prends en compte la méritocratie. (…) Je veux faire savoir à ceux qui trafiquent (…) : qu’ils quittent ces quartiers. » et conclut : « J’ai 16 000 demandeurs qui, eux, respectent les lois de la République, et attendent patiemment de pouvoir bénéficier de ces logements ».

 

En réalité, avoir accès à un logement décent est un droit, acté par le législateur, dissocié de toute « méritocratie ». Côte d’Azur Habitat tourne ici le dos à sa vocation sociale pour s’instaurer juge de qui « mériterait » ou non un logement social en invoquant le terme anxiogène « d’ennemis de la République », terme utilisé par le gouvernement pour désigner les terroristes.

 

Le bailleur social instaure une sanction collective dont sont victimes des personnes pour les actes commis par d’autres. Des enfants pourront ainsi se retrouver à la rue à cause des actes d’un parent ou d’un ainé. Des familles entières, déjà socialement défavorisées, seront mises au ban. On ne peut pas mettre à la rue les familles pour prétendre combattre le trafic de drogue !

 

En reconnaissant qu’il y a 16 000 demandes de logement sociaux en attente, Anthony Borré ne fait que confirmer ce que pointe la Fondation Abbé Pierre dans son dernier rapport annuel : « les Alpes Maritimes sont le département où il est le plus difficile de se loger en France ». La loi SRU qui préconise 25 % de logements sociaux n’est pas respectée : Nice plafonne à 13 % et paye cette année 416 000 € de pénalités. Expulser certains locataires pour libérer des logements ne suffira pas à loger les 16 000 demandeurs actuels et la construction de logements très sociaux devrait être la priorité des pouvoirs publics.

 

Enfin, lorsqu’Anthony Borré souhaite que les trafiquants « quittent ces quartiers », il ne fait que déplacer le problème dans les quartiers voisins. C’est là un constat d’échec de la politique menée par la Ville de Nice pour garantir la sécurité des habitants et lutter efficacement, avec l’Etat, contre le trafic de drogue. C’est le résultat de l’absence d’une véritable politique sociale de prévention de la délinquance dans les quartiers identifiés comme « difficiles », désertés par les services publics, avec une forte proportion de jeunes sortis du système scolaire, sans diplômes ni emplois pérennes.

 

En conséquence, nous dénonçons fermement ce dispositif répressif qui aboutit à une injustice sociale inacceptable.

 

Nous demandons la présence d’observateurs citoyens neutres lors des réunions du « conseil des droits et des devoirs » où les familles sont convoquées par Côte d’Azur Habitat.

 

Nous saisissons la CNIL sur la transmission informatique de données judiciaires entre le procureur de la République et Côte d’Azur Habitat.

 

Nous saisissons la Défenseure Des Droits sur ces sanctions sociales collectives.


Nice, le 4 octobre 2021

 


Signataires : Association pour la démocratie à Nice - Droit au logement - Habitat et citoyenneté - Ligue des Droits de l’Homme - Syndicat des Avocats de France - Tous citoyens !


dimanche 26 septembre 2021

Moussa, Ousmane et Yagouba ont obtenu leur titre de séjour !

Bonjour,


Vous vous souvenez de Moussa, Ousmane et Yagouba ? Nous vous avions appelé à l'aide il y a deux ans pour ces trois jeunes mineurs isolés mis à la rue par l'Aide Sociale des Alpes-Maritimes car ils ne parvenaient pas à prouver leur minorité. Vous aviez été nombreux à répondre à nos appels, à les héberger ou à nous aider financièrement pour leurs démarches administratives et médicales.

Grâce à la ténacité de nos bénévoles et à la défense de Maître Mireille Damiano et Maître Catherine Cohen-Seat, ils ont tous trois été reconnus mineurs par le tribunal pour enfants de Nice et placés.

Arrivés à 18 ans, chacun d'entre eux a obtenu sa carte de séjour !


Moussa est désormais apprenti pâtissier à Nice. Ousmane va passer son CAP cuisine et travaille dans un restaurant étoilé. Yagouba a brillamment obtenu son CAP boulangerie. Il réside et travaille à Antibes. Ils sont tous trois très appréciés par leur patron et bien insérés dans la vie locale.

Une nouvelle vie s'ouvre à eux, après les sévices subis, les affres de la migration et le parcours du combattant administratif arrivés en France.

Nous sommes très fiers d'eux, de leur courage et leur parcours. Leur réussite est un très bel exemple et prouve, une fois de plus, que la solidarité n'est jamais vaine.

Solidairement,
L'équipe de Tous citoyens

samedi 11 septembre 2021

Bilan de la collecte solidaire de fournitures scolaires 2021 : 300 enfants démunis aidés !

 

Rentrée des classes

300 enfants = 300 cartables

Un grand merci aux bénévoles et donateurs !

 

 

Depuis 5 ans, un collectif * récolte des fournitures scolaires et des dons pour les enfants de réfugiés qui ne bénéficient ni d’allocation de rentrée scolaire, ni d’allocations familiales.

Et tous ont la solidarité dans leurs gênes : la grosse trentaine de bénévoles et bien plus de donateurs qui ont offert des fournitures devant les grandes surfaces ou les ont portées dans les locaux du PCF mis à disposition à Nice, Menton, Cannes …

 

A Nice, plus de 260 enfants ont été dotés grâce à 2 595 € de dons et autant en matériel. A Cannes, 55 enfants ont été dotés grâce à 535€ de dons et de matériel dont 150 classeurs offerts par une entreprise. Les achats complémentaires ont atteint 750 €.

 

Les associations qui toute l’année, aident les familles à payer la cantine, à faire des démarches pour des droits difficiles à arracher ont relayé l'info : COVIAM, le Secours Populaire, le Secours Catholique, Habitat et citoyenneté, RESF, Forum Réfugiés, Cent pour un .. et le Bouche à Oreille.

 

C’est encore une fois un bel objectif qui est atteint. Il engage notre responsabilité individuelle et il engage la France, les pouvoirs publics à appliquer leur serment, signé voici trente ans au bas de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

 

Rappel de l'article 2 de la C.I.D.E.

Les États parties s’engagent à respecter les droits qui sont énoncés
dans la présente Convention et à les garantir à tout enfant relevant de
leur juridiction, sans distinction aucune, indépendamment de toute considération de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou autre de l’enfant ou de ses parents ou représentants légaux,de leur origine nationale, ethnique ou sociale, de leur situation de fortune, de leur incapacité, de leur naissance ou de toute autre situation

 

Quelques chiffres…

        15 000 copies doubles classeur – 320 cartables – 1800 feutres – 1300 pochettes plastique – 1200 stylos bleus – 600 noirs – 250 surligneurs – 160 kits de traçage …

 

Et aussi ..

        Un assortiment de cartables a été préparé pour les associations qui reçoivent tout au long de l’année des familles.

        Le bilan de la communication : Nice Matin, le Patriote Côte d’Azur, FR3, France bleue, Europe 1, Nice Premium ...

_______________________________

                 Habitat et citoyenneté, Parti communiste, Réseau éducation sans frontière, Tous citoyens et Vallées solidaires avec le soutien du Secours populaire français.

 

Septembre 2021

 


samedi 21 août 2021

Rencontre RESF 06 : Jeunesse exilée, un avenir à construire ensemble

 


« Jeunesse exilée, un avenir à construire ensemble »

Rencontre RESF 06

du samedi 9 octobre 2021

au CLAJ Nice-Cimiez

Relais International de la Jeunesse Clairvallon  -  26 avenue Scudéri

voir bus : http://www.clajsud.com/relaisclajnice.html

(dans le respect des précautions sanitaires)

 

* Objectifs 

- un temps de retrouvailles conviviales pour rebooster nos énergies,

- un temps de partage de nos témoignages, analyses, questions, projets, …

- Un temps de formation pour une plus grande efficacité

- un temps de préparation d’actions fortes, dans un contexte dramatique où nous nous devons d’apparaître plus convaincants dans l’espace public.

 

* Public visé :

Toutes les personnes engagées dans les secteurs

-de l’éducation,

-du social,

-de la santé,

-de la Justice,

-de la culture,

-des médias,

-de l’action syndicale, politique et associative…

à titre professionnel et/ou militant,

ainsi que les familles exilées que vous accompagnerez.

 

Nouveauté : il y aura un accueil pour les enfants de 5 à 12 ans, avec activités pédagogiques.

 

Voir les modalités d’inscription en bas de page.

 

Programme 

·     9h accueil/café

 

·     9h30 : théâtre à sketches « 2040 : le Procès »  (Comment nos petits-enfants jugeront ce que notre société a laissé faire): succession de tableaux évoquant des actions positives et négatives vis-à-vis des migrant.e.s au cours du premier quart de ce siècle.

Equipe d’animation : Marika, Ariane, ...

(besoin de « théâtreux/ses… merci de contacter Marika  mcpgassin@gmail.com  06 88 39 72 67… très vite, évidemment !)

 

10h30 : regroupement des enfants pour un atelier spécifique, sous la conduite d’enseignant.e.s et animateurs/trices diplômé.e.s.

 

·     10h30 : assemblée plénière

Présentation de la journée (Annie et ? ) et de chaque atelier par un.e de ses animateurs/trices (4’ chacun)

 

·     11h : 3 ateliers au choix (2h)

-          Atelier 1 sur la protection que nous voulons assurer aux enfants et jeunes victimes de cette politique d’exclusion, ainsi que leurs familles  (santé physique et mentale, conditions d’hébergement, scolarité…)

Présentation des livrets CIMADE (Elysabeth)

atelier pris en charge par Habitat et Citoyenneté et RESF

Equipe d’animation : Ariane, Nicole, Joël, Nadia, ?…

(+ 2 ou 3 personnes souhaitant être formées à l’animation. Qui veut ?)

 

-          Atelier 2 sur la sensibilisation des étudiant.e.s aux problématiques migratoires, eux qui devraient influer sur la société de demain  (dossiers d’admission, accueil des arrivants, conscientisation des autochtones…)

atelier pris en charge par des membres de l’Université

Equipe d’animation :  profs : Géraldine, Marie, Soline, … l’association Uni’Migration ;  étudiants   …

 

-          Atelier spécial « Ouest du 06 »

Les questions spécifiques à l’ouest du 06 (fonctionnement des équipes, suivi des familles, actualisation des ressources, lutte contre les désinformations, jalons pour une rencontre à Antibes au printemps …)

atelier pris en charge par RESF Grasse/Antibes/Cannes

Equipe d’animation :  Michèle, Marcelle, Geneviève, …

 

·     13h : Snack (réservation indispensable sur framadate -  paiement sur place)

Animation musicale par Marion « Wild and Roses »

table de presse (« Mots du Monde »)

Entre 13H et 14h30, les enfants sont de nouveau sous la responsabilité des parents. Ils seront regroupés par l’équipe d’animation à 14h30.

 

·     14h30 : 3 ateliers au choix (2h)

-         Atelier 3 sur les moyens de lutter contre les maltraitances infligées aux mineurs isolés et jeunes majeurs (ASE, tests osseux, recours au TA, apprentissage, patrons de stage, hébergement…)

atelier pris en charge par Tous Citoyens et RESF.

Equipe d’animation : Martine, David, Mireille et un membre de la LDH ?...

(+ 2 ou 3 personnes souhaitant être formées à l’animation. Qui veut ?)

 

-          Atelier 4 un jeu de rôle « JEU SUIS MIGRANT.E » pour aider les enseignant.e.s et éducateurs à sensibiliser leurs grands élèves et associations.  (Atelier pour adultes et jeunes à partir de 14 ans)

atelier pris en charge par des membres de l’Université

Equipe d’animation : profs : GiuliaArihana, Anaïs

 

-          Atelier 5 pour organiser des événements sur la voie publique destinés à alerter l’opinion (musique, cinéma, théâtre de rue, cérémonie de parrainage, témoignages de « Patrons Solidaires », flash mob, performance artistique, ?...)  

atelier pris en charge par RESF et ?...

Equipe d’animation : Jean C, Hélène G, Annie,

(+ 2 ou 3 personnes souhaitant être formées à l’animation. Qui veut ?))

       Des dates à marquer par une initiative publique :

7 septembre  (cercle de silence de rentrée – Nice-Garibaldi)

2 et 3 octobre  (stand RESF au Festival du Livre de Mouans Sartoux)

20 novembre (journée des Droits de l’Enfant)  « Tous Citoyens » prévoit une action MNA devant le Palais de Justice – à coordonner avec RESF ?

18 décembre (Journée des Migrants) ; ???

avril/mai (rencontre RESF à Antibes à organiser par les membres de l’ouest du 06 :  Michèle M, Marcelle M, Geneviève H, ?...  ) ;

20 juin (journée des réfugiés) ???

 

·     16h30 : pause

 

·     17h : assemblée plénière

CR des décisions d’action prises par chaque atelier (7’ chacun)

Modératrice : Karine E.

 

Retour des enfants avec leurs œuvres.

·     17h45: au-revoir

 

Inscription

 

Inscription indispensable pour permettre l’organisation des règles sanitaires et des ateliers :

 

https://framadate.org/JiIffNsx9woEVGXm

(attention ! ce n’est pas le même framadate que celui pour s’inscrire au stand RESF du Festival de Mouans Sartoux !)

 

**inscription aux ateliers** : 2 choix possibles (1 le matin ; 1 l'après-midi) modifiable à tout moment

**inscription à l’accueil enfants** : (de 10h30 à 13h et/ou de 14h30 à 17h30, pour les 5 ans à 12 ans). Une construction sur le thème de la rencontre sera réalisée.

**inscription au snack à 13h** : pour adultes et enfants. Paiement sur place : 10€ (demi-tarif pour enfants, personnes sans ressources et étudiants sur justificatif) - modifiable jusqu'au 20 septembre

 

Pour les couples, utiliser 2 lignes différentes.

Pour chaque enfant, indiquer l’âge.

Si possible, il nous serait utile que vous indiquiez votre tel (ou que vous le communiquiez personnellement à Annie).

Vous nous rendrez un grand service si vous le faites dès maintenant (vous pourrez changer si nécessaire).

 

Pour participer à l’organisation, contactez Annie annie.carton@gmail.com   06 83 38 04 31